L’occlusion dentaire désigne le positionnement et l’alignement des dents au niveau des deux mâchoires quand la bouche est fermée. Une bonne occlusion est caractérisée par l’emboîtement correct des dents du maxillaire supérieur avec les dents de la mandibule. Ce n’est plus le cas si les dents sont très chevauchées espacées ou avancées. On parle de la malocclusion. On distingue la supraclusion, l’infraclusion, l’articulé inversé et la surocclusion.

Occlusion dentaire normale, zoom sur la relation des dents antérieures

Les dents antérieures sont composées de 2 canines et de 4 incisives par arcade. Elles doivent avoir une relation particulière pour pouvoir contribuer à l’esthétique du visage, mais surtout pour être fonctionnelles. Si les dents antérieures ont une relation dite bout-à-bout, cela peut entrainer une usure excessive à long terme. La relation des bords incisifs des incisives des deux arcades doit être overbite et overjet de 1 à 2 mm. On entend par overbite un surplomb vertical et overjet un surplomb horizontal. L’absence de ce premier est connue sous le nom de béance antérieure. A l’inverse, les dents supérieures qui ont un surplomb excessif sont dites protrusives. Au cas où les dents supérieures reculent par rapport à celles du bas, on parle d’occlusion croisée.

C’est quoi une malocclusion dentaire ?

Si vous n’avez pas une occlusion dentaire normale, c’est que vous souffrez d’une malocclusion. Cette mauvaise occlusion dentaire est définie par toute déviation ou variation d’une occlusion normale. La malocclusion se décline en plusieurs degrés de gravité, voilà pourquoi on dit que ce ne sont pas les troubles d’occlusion dentaire qui nécessitent des corrections orthodontiques. La malocclusion peut affecter uniquement la dentition, les mâchoires et leur fonction ou bien les deux. La malocclusion de classe I est un problème d’espacement ou de chevauchement avec les autres dents tandis que la classe II est un surplomb vertical. La malocclusion de classe III, quant à elle concerne la prognatie ou le surplomb vertical négatif. Celui-ci est causé par les dents inférieures positionnées plus en avant que les dents supérieures. Ce type de malocclusion est surtout présent en cas de mâchoire longue ou de maxillaire étroit.

Pourquoi traiter la malocclusion ?

Outre le point de vue esthétique, le traitement de la malocclusion vise aussi à améliorer le fonctionnement des dents et des mâchoires. A noter qu’une mauvaise occlusion dentaire peut entraîner une discordance squelettique du visage inférieur. De plus, le traitement réduit le risque de carie dentaire et de DTM ou désordres temporo-mandibulaires. Le traitement de la malocclusion permet aussi une meilleure hygiène buccodentaire.

Le traitement consiste généralement à l’utilisation d’un appareil orthodontique. Si le patient souffre d’un surplomb vertical négatif, d’un surplomb vertical ou d’une occlusion inversée, soit on lui propose des appareils fixes à multi-attaches, des appareils amovibles ou de l’invisalign. Ce dernier n’est autre que des gouttières d’alignement amovible et invisible à l’œil. Il fonctionne de la même manière que les appareils dentaires fixes.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.